BERRIAK

Allemagne: démantèlement d’un groupe terroriste néo-nazi.

Démantèlement du groupe prêt à attaquer des centres pour réfugié.e.s
Selon le parquet de Bamberg , le groupe de onze hommes et deux femmes auaraint prévu de jeter des explosifs sur deux centres à Bamberg, dans le cadre d’une manifestation d’extrême droite prévue pour le 31 Octobre .

Les autorités de l’Etat de Bavière, en Allemagne, ont démantelé un gang néo-nazi soupçonné de préparer des attentats sur des centres de réfugié.e.s. Selon le procureur de la ville de Bamberg, le groupe d’extrême-droite, composé de onze hommes et deux femmes, âgés entre 21 et 36, qui ont été arrêtés. Parmi ses objectifs, le groupe qui a été décrit comme dangereux par le ministère public national, avait prévu de jeter des explosifs sur deux centres à Bamberg, dans le cadre d’une manifestation d’extrême droite le 31 Octobre.
Les détenus sont accusés de délits présumés de participation à une organisation criminelle, préparation d’explosifs et de blessures graves.

Le ministre allemand de l’Intérieur Thomas de Maizière, a averti quelques heures avant le raid, lors d’une visite dans un centre de réfugi.e.és, de chercher à empêcher des crimes ou des attaques dans le cadre d’une vague de violence xénophobe, revenue en force en Allemagne ces derniers mois.

Alors que le ministre de la Justice de l’Allemagne, Heiko Maas, a vu avec une grande préoccupation l’augmentation des attaques sur les centres de réfugié.e.s.Des faits qu’il décrit comme une honte pour le pays.

Dans un communiqué publié hier, le ministère bavarois de l’Intérieur a indiqué que les arrestations ont eu lieu le mercredi, perquisitionné douze maisons et boutiques. Plus de 90 agents ont participé à l’opération.Des explosifs, des armes à feu, des munitions, des battes de baseball, des couteaux, des drapeaux nazis et autres objets avec la croix gammée ont été saisis. Les membres du groupe avaient commandé des feux d’artifice en Pologne et dans l’une des expéditions, plusieurs kilos a été intercepté par la police.
Ces matériaux, selon l’accusation, contenait des explosifs très dangereux et puissants, capables de causer des blessures ou la mort. Un porte-parole pour le ministère public a déclaré que la police traquait ce groupe néo-nazi qui planifier, aussi, une attaque pour détruire un lieu de « gauchistes ».

Depuis le début de l’année , l’Office pénal fédéral de la police nationale a enregistré un total de 576 crimes liés à l’extrême droite et xénophobe, plus du double des crimes enregistrés tout au long de 2014

Share This:

Attention, les commandes ne peuvent pas être de moins de 5 € Rejeter