BERRIAK

1975-2015: 40 ans d’impunité pour les crimes franquistes.STOP !

20 novembre 1975 – 20 novembre 2015, 40 ans d’impunité pour les crimes franquistes.STOP !

crime

Rassemblement le 20 novembre à Baiona, devant le consulat d’Espagne.19h00.
Le texte d’appel :

Aujourd’hui, 20 Novembre 2015, cela fait 40 ans que l’un des plus sanglants TERRORISTES en Europe, le dictateur Francisco Franco, est mort paisiblement dans son lit. Jusqu’au dernier jour de sa vie, ce génocidaire a bénéficié d’une impunité absolue. Et même après sa mort : chacune, chacun de nous le savons, la supposée fin de la dictature n’a pas aidé, loin s’en faut, à obtenir justice. Au contraire, Franco a laissé tout bien ficelé… et très, très bien ficelé, tant et si bien qu’aujourd’hui nous ne pouvons toujours pas défaire le nœud de l’impunité.
Cependant, tout ne se limite pas à la figure de ce méprisable militaire. Beaucoup de ces faux démocrates que nous voyons aujourd’hui, dans les bureaux du gouvernement, des parlements, étaient complices volontaires de ses crimes odieux. Aujourd’hui, 20 Novembre, nous disons que nous ne pourrons jamais oublier le rôle qu’ils ont joué pendant la dictature, cette même dictature qui a tué tant de camarades.
Vous, fascistes du passé et du présent, vous avez la mémoire très sélective. Aujourd’hui vous voulez nous donner des leçons de démocratie, mais avec nous, vous n’avez pas de chance. Nous savons que votre paix est la paix des charniers. Vous voulez nous convaincre que la poursuite de la justice, c’est chose ancienne et démodée. Aussi parlez-vous de ne pas rouvrir les plaies, comme si elles avaient un jour été fermées. Malgré cette douleur qui est nôtre, nous sommes encore nombreuses et nombreux à refuser d’accepter vos tentatives flagrantes pour effacer la mémoire. Parce que la mémoire de vos actions meurtrières ne sera jamais effacée.
Nous le répétons : aujourd’hui, 20 Novembre, nous n’avons rien à célébrer. Par contre vous, fascistes du passé et du présent, vous avez toutes les raisons de ne rien offrir : grâce au dictateur Franco, vos crimes ne sont pas éclaircis. Vous pouvez également remercier la monarchie, les partis politiques, à très, très peu d’exceptions près, ainsi que quelques hommes d’affaires. Grâce à eux l’Etat espagnol reste un paradis pour les assassins de la dictature.
Sans surprise, l’Espagne détient toujours aujourd’hui un record écœurant : elle est le deuxième pays au monde par le nombre de personnes disparues. Juste derrière le Cambodge. Encore quelques informations en complément ? Comme vous le savez sans doute, le gouvernement espagnol refuse d’appliquer les résolutions de l’ONU dans le domaine de la justice et des réparations. Est-ce trop peu ? Eh bien, il y a plus : la loi sur la mémoire historique, celle qui vous fait tellement peur, ne valait rien pour vous faire payer pour les exécutions, les viols, et les vols de bébés.
Aujourd’hui, 20 Novembre, nous voulons rendre hommage à toutes ces victimes. Non seulement nous défendons leur mémoire, mais nous revendiquons aussi, sans complexe, la lutte contre le fascisme d’hier, d’aujourd’hui et de demain. C’est pour cette raison que nous lançons un appel à participer à la mobilisation qui se tiendra le dimanche 22 Novembre à Madrid, organisée par 70 groupes et organisations dans tout l’Etat espagnol.
Il est temps d’abattre le mur de l’impunité. Il est maintenant temps que vous, fascistes d’hier, et vous, fascistes d’aujourd’hui, faux démocrates, vous ne parveniez plus à dormir paisiblement.
Pour la justice et la liberté. Pas un pas en arrière.

12207729_1045757215476936_245214735_n

Share This:

Attention, les commandes ne peuvent pas être de moins de 5 € Rejeter