Soutenir IpEH Antifaxista.
Mascotte IpEH Antifaxista.

Actualités

Toute l'actualité

Oier Gomez, prisonnier politique Basque, en danger de mort !

Oier Gomez ancien militant d’ETA.

Oier Gomez est un ancien militant d’ETA âgé de 34 ans et originaire de Vitoria-Gasteiz (Alava).

Il a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle suite à un échange de coups de feu avec des gendarmes en 2011. Oier est atteint d’un cancer osseux vertébral de type sarcome d’Ewing à un stade avancé, diagnostiqué récemment. Le pronostic vital est engagé et un médecin oncologue juge que sa survie ne dépassera pas les 6 mois.

Venue de M. Le Pen à Bayonne : communiqué d'IpEH

Non au FNIpEH Antifaxista.

Le 11 avril, le front national par le biais de sa section 64 organisera un meeting avec la présence de la bien nommée Maréchal le pen à Bayonne.

Ipeh antifaxista, groupe antifasciste du pays basque nord, tient à rappeler que la venue, en période électorale, de ce parti nauséabond est tout simplement une provocation. Ces idées sont à l’opposé des valeurs humaines et des traditions d’accueil du pays Basque.

Appel commun contre la venue de Maréchal Le Pen à Bayonne

Appel commun contre la venue de Maréchal Le Pen à Bayonne.

Le FN a fait connaître son intention d’organiser une réunion publique en présence de Marion Maréchal Le Pen à Bayonne le mardi 11 avril prochain.

Nous sommes lycéen-e-s ou étudiant-e-s, travailleurs-ses en activité, à la retraite ou sans emploi, militant-e-s associatifs, syndicaux ou politiques ; nous affirmons que les peuples ne trouveront pas la solution à la crise actuelle en se réfugiant dans les bras de l’extrême-droite. Il est urgent de nous regrouper et de nous mobiliser pour démonter l’idéologie et la présence nauséabonde de l’extrême-droite. Nous respectons les règles du débat démocratique et sommes en particulier attaché.e.s à la liberté d’expression mais le racisme, le sexisme, l’homophobie et toutes les autres formes de haine distillés par le Front National, ne sont pas des opinions. Ce sont des délits !

1936-1937 : Brigades Internationales en Euskadi

Batallón de la Muerte. Formation composée par d'exilés italiens antifascistes et anarchistes.
Batallón de la Muerte. Formation composée d'exilés italiens antifascistes et anarchistes.

Une des histoires les plus méconnues que celle des Brigadistes Internationaux Antifascistes en Euskadi de 1936-1937

Ils étaient près de 200 volontaires, d’environ 20 nationalités, quelques enfants d’immigrant.e.s qui sont revenus pour combattre le fascisme, sur la terre de leurs ancêtres : la Pologne, l’État français, l’État Belge, l’Allemagne, la Suisse, la Tchécoslovaquie, l’Irlande, la Hongrie, l’URSS, l’Italie, le Portugal, la Bulgarie, la Serbie, la Lituanie, la Roumanie, l’Estonie, Cuba, l’Uruguay, le Venezuela...

Ils ont eu deux sièges à Bilbao (bureaux de recrutement), ont été intégrés dans des bataillons de Miliciens et Gudaris (formaient ainsi une partie de l’Euzko Gudarostea) et ont combattu à : Behobia, Irun, Donostia, Elgeta, Eibar, Bizkargi, Lamiako, Bilbo...

Imaginons qu’Hitler…

IpEH Antifaxista.

Imaginons qu’Hitler n’est pas été élu mais ait pris le pouvoir suite à un coup d’État militaire. Qu’il ne soit pas mort en 1945 mais tranquillement dans son lit à 82 ans.

Imaginons qu’Hitler, avant sa mort, ait désigné un roi pour lui succéder à la tête de l’Allemagne et qu’aucun nazi ne soit passé en procès à Nuremberg, qu’aucun chef de la police, de l’armée, de la magistrature ou aucun homme politique à ses ordres n’ait eu à subir de poursuites judiciaires.

Imaginons que l’Allemagne, tout en gardant un dispositif identique à celui qui existait lorsque Hitler était encore en vie, soit entrée dans un processus que l’on aurait nommé « transition démocratique » et que le monde entier ait trouvé ceci plausible... c’est tout simplement impensable !