Soutenir IpEH Antifaxista.

Actualités

Mémoire historique

Yolanda González, communiste, séquestrée et assassinée par des fascistes le 1 février 1980

Traduction IpEH de l'article Yolanda González, comunista, secuestrada y asesinada por los fascistas el 1 de febrero de 1980.

Yolanda González Martín, communiste, séquestrée et assassinée par des fascistes.
Yolanda González Martín

Nous nous rappelons, parce que se souvenir est un impératif moral, un devoir pour la Justice. Nous évitons ainsi l’oubli, et à la fois transmettons la mémoire des faits à ceux ou celles qui l’ignorent...

Yolanda avait 19 ans. Elle était une militante communiste du PST (Parti socialiste des Travailleurs). Elle était basque mais cela faisait deux ans qu’elle avait quitté Bilbao pour aller étudier à Madrid une FP d’Électronique au Centre de Formation Professionnelle de Vallecas. Tout de suite elle s’est converti en une des leaders du mouvement étudiant. Elle joignait ses études avec un actif militantisme politique et, en même temps, travaillait sporadiquement comme employée à domicile car sa famille ne pouvait pas la soutenir financièrement. Elle vivait dans un appartement réduit et modeste d’étudiants dans le quartier d’Aluche.

 

En fin d’après-midi du 1 février, il commencé déjà à faire nuit, les fascistes se sont présentés à sa maison en se faisant passer pour des policiers; ce qui dans les était faits réels, l’un d’eux, Juan Charles Rodas Crespo, était vraiment policier national. Yolanda était seul dans sa maison. Ils l’ont obligé à monter dans une voiture et l’ont amenée dans les environs, jusqu’à arriver dans un lieu perdu dans un chemin près de la route d’Alcorcón à Saint-Martin de Valdeiglesias. Ils l’ont tirée de la voiture et là les fascistes Emilio Hellín Moro et Ignace Abad Velázquez ont fait feu contre elle à bocajarro. Son cadavre sera découvert le lendemain.

Le fasciste Emilio Hellín envoya un communiqué à l’agence EFE en revendiquant une « détention, une séquestration et une exécution » au nom du « Groupe 41 » du Batallón Vasco Español1. Le communiqué finissait par dire : « Por una España grande, libre y única. ¡Arriba España! ».

Les membres du groupe fasciste qui ont perpétré l'enlèvement et le meurtre.

  • Emilio Hellín Moro. Membre de Fuerza Nueva2 et aussi du Batallón Vasco Español, une organisation terroriste créée dans les égouts de l’État pour faire la guerre sale contre ETA, et qui a été précurseur des GAL3. Condamné à 43 ans.
  • Ignace Abad Velázquez. Membre de Fuerza Nueva. Condamné à 28 ans.
  • José Ricardo Prieto. Membre de Fuerza Nueva. Condamné à 6 ans.
  • David Martínez Loza. Membre de Fuerza Nueva. Il était le « Chef National de la Sécurité » de cette organisation fasciste. Condamné à 6 ans.
  • Félix Pérez Ajero. Membre de Fuerza Nueva. Condamné à 6 ans.
  • Juan Charles Rodas Crespo. Policier national. Condamné à 3 mois.

Emilio Hellín, le grand protégé par les cloaques de l’État

Emilio Hellín Moro militant espagnol d'extrême droite.
Emilio Hellín Moro

Emilio Hellín Moro, meneur du groupe, a été condamné à 43 ans. Après 7 ans dans une prison, en 1987, ils lui ont accordé une permission surprenante pénitentiaire qu’il l’a mise à profit pour fuir au Paraguay avec la complicité des égouts de l’État. C’était les années des GAL et de la guerre sale du gouvernement de Philippe González. Emilio Hellín avait été un actif membre de la trame du terrorisme d’État, savait trop de choses pour être dans une prison, et ainsi sa fuite a été organisée.

Au Paraguay il reçu la protection spéciale de la dictature militaire d’Alfred Stroessner, pour qui il a « travaillé » (le Paraguay de Stroessner était caractérisé pour être le refuge principal de nazis). À la mort de Stroessner et après que la présence de Hellín a été découverte au Paraguay par un journaliste, le gouvernement paraguayen l’extrada vers l’Espagne en 1990; il ne restait au gouvernement de Philippe González de s’occuper de la dite extradition, mais il a été mis en liberté en 1996, en changeant alors de nom pour disparaitre publiquement et brouiller sa piste.

Depuis lors, Emilio Hellín a travaillé pour les Corps et les Forces Générales de la Sécurité et de l’État avec les gouvernements de Philippe González, de José María Aznar et José Luis Rodríguez Zapatero. Il a créé une entreprise lucrative, New Technology Forensics, pour offrir ses services à l’État. Il a conseillé la Garde civile, participé aux recherches judiciaires sur le terrorisme et la délinquance », a accordé « des stages de formation aux agents de ce corps de la Police Nationale, le Ministère de Défense, d’Ertzaintza et de Mossos d’Esquadra, il donne des conférences aux membres des Forces et de Corps de la Sécurité de l’État dans des organismes officiels et aide par ses services le Ministère de l’Intérieur » ( " La vida oculta del asesino de Yolanda ", El País).

  1. Batallón Vasco Español :
  2. Fuerza Nueva :
  3. GAL :